Lundi 30 avril 1 30 /04 /Avr 14:41

Mon coeur bat la chamade en appuyant sur le bouton de l'ascenseur qu'elle m'a indiqué.

Je m'y glisse le souffle court, et effleure le chiffre 3 de sa commande sensitive.

Ses portes se referment sans bruit.

Les muscles de mes jambes se tendent pour me stabiliser. Ca y est. On décolle.

Il ralentit, s'arrête, et ses portes s'ouvrent sur un couloir tapissé de rouge sang.

Sa couleur préférée me dit elle, s'étend laissé aller à parler d'elle.

Nous échangions depuis déjà 3 mois sur la toile, quand elle daigna m'appeler.

Ce sont ses mots.

Ce jour la, mon téléphone raisonna à 5H00. Il se tut au bout de ses 8 semonces.

Je m'étais couché tard, à converser avec elle justement. Un échange, si on peut appeler ce type de relation comme cela, qui m'avait fait me livrer un peu plus que d'habitude.

Elle avait été particulièrement insidieuse hier soir.

Moi j'avais été envoûté dès nos premiers tchat.

C'est elle qui décidait quand elle souhaitait me contacter.

Le sms arrivait, et je devais répondre dans les 2 mn chrono, en me connectant sur la messagerie.

Le téléphone sonnât à nouveau.

Un numéro privé. Je raccroche aussitôt, et le glisse sous l'oreiller.

Se remettant aussitôt à tinter, je décroche, on ne sait jamais. Un ami en galère, ou la famille, qui sait.

" Tu es encore au lit ! Alors tu en sors et tu te connectes immédiatement." me lançe t elle d'une voix ferme, puis raccroche.

La surprise me remettant immédiatement d'aplomb, je rallume mon ordinateur, et mes doigts pianotent les codes d'accès nécessaires.

Je la vois connecté, mais je ne suis pas autorisé à lui écrire.

Il se passa bien 10 mn avant qu'elle ne me contacte.

- Je t'appellerai à 6H00 précise en ouvrant ma porte. Voici l'adresse. -

Elle était à 15 mn, et sa région m'est familière.

Etourdit de ma nuit, mais toujours sous l'effet du tchat de la veille, je saute dans la douche.

Sur l'adresse, que j'ai recopié, est écrit, à gauche porte droite.

Je regarde ma montre. Il est 5H55. Je suis à l'heure.

La porte est blanche, immaculée, ornée de son judas.

Je suis devant, mais n'ai pas le droit d'y toucher.

Ces 5 mn me semblèrent interminable.

Le bruit de la clef me fait sursauter, et mon coeur se met à battre fort.

La porte s'ouvre entièrement, et dans cette demi pénombre, je l'aperçois.

" Entre et referme la porte!" me lançe t elle.

Je m'exécute en regardant sa silhouette s'éloigner.

Elle avait été claire dans nos échanges.

Chacune de mes actions devais être précédées de ses ordres.

Donc j'attendais patiemment debout à coté de la porte.

" Approche! "

J'entre dans la pièce ou je l'ai vu disparaître.

Elle est assise, les jambes croisées, toujours éloignée des points chauds lumineux, se créant un halo de mystère.

Elle me stop net en m'ordonnant de me mettre à genoux.

Je le fais automatiquement et avance sur sa demande.

Je tombe nez à nez avec ses escarpins, noirs, luisant, aiguës.

Ne pouvant aller plus loin, je m'arrête.

Je ne peux la toucher, pas sans sa direction.

Ses pieds se posent sur mes mains, sans violence, avec juste ce qu'il faut de pression pour me faire savoir que je suis en dessous d'elle.

La tête basse, je les dévore des yeux.

Elle libère un des ses pieds qu'elle déchausse, et le pose sur mon épaule.

Il est maintenant posé sur mon cou et je peux ressentir sa chaleur.

" Déshabille toi! "

Nue et à genoux, j'étais désappointé. Le coeur battant la chamade et le ventre serré par la peur.

Son pied nu m'effleure la joue et vient se poser sur mes lèvres.

Ma bouche s'entrouvre et son doigt de pied se pose sur ma langue.

" Suce le ! "

Ma bouche se referme, évitant de la mordre et mes lèvres s'enroulent jusqu'à la base.

Mes joues se creusent et ma langue parcours son orteil.

Je salive à son contact en moi .

Mes yeux se ferment, et je savoure de lui prodiguer mes services.

Son pied chaussé libère mon autre main, se pose sur mon torse, et me bloque pour libérer son orteil.

Elle l'essuie sur mon visage et le rechausse.

Elle se lève, se place derrière moi, et pose son coup de pied dans la raie de mes fesses.

Le faisant pivoter, elle presse sur mon sexe, le soupese.

Le contacte de se cuir m'excite terriblement, et ça commence à se voir.

Sen tant mon sexe durcir, elle s'arrête instantanément.

" A plat ventre! "

Je sens ses talons sur mes fesses. Toujours sans violence mais avec juste ce qu'il faut pour comprendre.

Elle s'assoit sur mon dos, me regardant les pieds, retenant sa robe noire pour que je sente son contact.

Je la sens remonter ma colonne vertébrale.

Elle n'avait rien en dessous.

Son sexe lisse glissait sur moi, chaud et humide du plaisir qu'elle avait.

Sa main fouissante entre mes fesses me fit écarter les cuisses.

Suivant mon sillon, ses doigts trouvent ma porte avant que son majeur ne s'y pose, intrusif.

Je détendis mes muscles pour ne lui opposer aucune résistance qu'elle pourrai mal interpréter, mais elle s'arrête.

Elle se relève et se place devant moi, debout.

" Sur le dos! "

Me plaçant à sa guise, elle s'accroupit sur mon visage, engluant de son nectar mon visage recouvert de sa robe.

Elle se caresse les lèvres sur l'arrête de mon nez, accrochant son bouton sur sa pointe.

Je peux sentir son sexe et inspire longuement pour m'en imprégner.

Se posant sur mes lèvres, ma langue s'active.

Poussant un souffle, ses doigts se posent sur son bouton tandis que ma langue se délecte de son fruit.

Sa respiration devient courte et rapide.

Ma langue passe maintenant de ses fesses à son sexe mielleux et ses doigts s'activent de plus vite.

Soudain sa tête se pose sur mon ventre et l'étouffant contre ma peau, pousse un crie de jouissance frottant maintenant sauvagement  son fruit sur mon visage.

Le rythme devient plus lent, moins appuyé.

Ma langue devient plus douce, et parcours son nacre.

Elle se relève lentement, me demande de me rhabiller et me congédie sans un mot.

Je suis fatigué, mais heureux.

Je reprends une bonne douche, et m'en remet à Morphée.namio-harukawa-xxl-face-sitting-L-HojKMC.jpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par recit-erotic971
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus